News sports

2018, un sacre lourd de conséquences pour ce Bleu

[ad_1]

Présent en Russie parmi les 23 Bleus vainqueurs de la Coupe du monde, Steven Nzonzi a eu du mal à digérer cette consécration et ses conséquences.

Présent en Russie en 2018, Steven Nzonzi a disparu du paysage de l’équipe de France. Désormais exilé au Qatar, l’ancien Rennais n’a pourtant pas complètement renoncé aux Bleus. « Mais je suis réaliste. J’évolue au Qatar et c’est très difficile », a-t-il néanmoins reconnu lors d’une interview accordée à Ouest-France, ajoutant, au sujet de son attachement aux Bleus : « Quand on goûte à l’équipe de France, c’est une petite drogue. Si vous êtes compétiteur, vous avez besoin de ce surplus de pression. Pendant la coupe du Monde, elle m’a permis d’élever mon niveau. Cette sensation-là, une fois qu’on l’a connue, on a envie de la revivre et le plus souvent possible. C’est quelque chose qui me manque. » 

Lire aussi : Qatar 2022: Ça s’annonce bien pour les Bleus !

 

Il faudrait effectivement un miracle pour revoir le natif de La Garenne-Colombes en sélection. Sélectionné sur le tard, le joueur passé par le centre de formation du PSG n’en a pas moins eu le temps d’accumuler 20 sélections et d’être parmi les 23 Bleus sacrés lors de la Coupe du monde de Russie.

Entré en jeu en finale peu après la pause en remplacement de N’Golo Kanté, Steven Nzonzi a d’ailleurs eu du mal à digérer cette consécration. Que ce soit sur le terrain ou en dehors. « Physiquement surtout, a-t-il expliqué. Mais il n’a pas affaibli ma motivation. Après certaines défaites, certains ne comprenaient pas ma frustration. En gros, j’ai touché le graal, donc pourquoi je m’énerve quand je perds ? Mais moi, je suis un compétiteur. La coupe du Monde terminée, je suis passé à autre chose. J’en parlerais plus tard, quand j’aurais fini ma carrière. » 

L’ancien Rennais a néanmoins également évoqué les difficultés inhérentes à sa nouvelle célébrité. « Ce qui change, c’est surtout la reconnaissance des gens. Il modifie le regard porté sur nous, mais, je n’y ai jamais réellement prêté de l’attention », a-t-il affirmé, ajoutant s’être volontairement fait discret : « Quelque part oui. Mais je n’ai pas fui, je suis juste resté fidèle à moi-même. J’ai fait des choses sur Instagram et je ne me sentais pas vraiment bien, donc j’ai arrêté. »  

«Je suis quelqu’un de discret, j’aime bien être dans mon coin, a-t-il poursuivi. C’est ma personnalité. Je n’ai fait du foot que pour ce qu’il se passe sur le terrain. C’est ma passion. Après, je sais que ça fait partie du métier. Il faut se mettre en avant sur les réseaux, montrer aux supporters qu’on existe. C’est aussi beaucoup de paraître, ça manque souvent de sincérité. Moi, je me concentre sur ce que je sais bien faire et c’est jouer. »

 

Lire aussi :Qatar 2022: Mauvaise nouvelle pour les Bleus avant le tirageQatar 2022: Un tirage favorable pour les BleusQatar 2022: du changement pour les Bleus indésirables ?

[ad_2]
Source link

Related Articles

Back to top button